Contrairement aux jeunes qui semblent prétendre à un futur radieux et une fin de situation précaire, les seniors nécessiteux eux, voient leur situation se dégrader de plus en plus avec le temps. L’amélioration de la situation globale en France ne semble pas toucher les français individuellement puisque leur situation ne connait pas d’amélioration.

La situation de précarité

  • En France

Le tiers du produit intérieur brut en France, soit environ 690 milliards, est consacré à la mise en place de la protection et de la cohésion sociale. Malgré les efforts de la France, d’accorder le revenu de solidarité active a plus de 2.5 millions de foyers percevant de faibles revenus en France, la France montre toujours un fort taux de pauvreté soit 14.2%. Il faut noter que dans le but d’améliorer la situation sociale des foyers à faible revenu, un revenu de base est en cours d’étude. Environ 1/5 des locataires français dans les habitations à loyer modéré (HLM), soit 12 millions de français, ont des difficultés pour payer leur loyer, leurs factures d’électricité, de gaz et d’eau.

C’est dans cette optique que le président Emmanuel Macron a organisé le 17 octobre, une rencontre de lutte contre la pauvreté et le chômage qui sévissent en France. C’est là une opportunité de réaliser d’importantes innovations sociales, d’améliorer impérativement le statut de tous les français en situation de précarité. En 2015, plus de 925 000 personnes ont été accueillies aux restos du cœur alors qu’une campagne d’hiver instaurée par Emmanuel Macron s’y tenait.

D’après une étude de l’Insee, en 2016, le taux de pauvreté en France, aurait chuté, passant de 14.2% à 13.9%. Néanmoins plus de personnes pauvres s’y trouvent, encore plus qu’avant la crise de 2008. La diminution du taux de pauvreté est surement due au fait que le gouvernement ayant précédé ait instauré des allocation de logements, des prestations familiales, des minima sociaux et des primes d’activité à l’endroit des actifs sujets a une monoparentalité et aux jeunes actifs âgés entre 18 et 24 ans.

  • Chez les seniors

La précarité n’épargne pas les jeunes, qui en sont de plus en plus touchés, encore moins les séniors. La précarité cible tous les seniors sans distinction aucune, qu’ils soient retraités ou non.

De nombreuses mesures ont été prises dans le but de lutter contre la pauvreté, la précarité en ce qui concerne les revenus et l’emploi et dans le but de limiter au maximum, les retombées de la pauvreté sur le quotidien des seniors. Toutes ces mesures ont eu pour impact de diminuer de manière significative le taux de pauvreté.

Certaines études menées en 2013, ont révélé que 1.5 millions de seniors âgés de plus de 60 ans sur 16 millions, font partie des plus nécessiteux en France. Cette étude révèle également que 590 000 personnes en France, ont entre soixante et soixante-neuf ans, 307 000 personnes ont entre soixante-dix et soixante-dix-sept ans et 302 000 personnes ont plus de quatre-vingts ans. Environ 10 personnes sur 100 parmi les démunis en France, sont retraités. C’est trois fois moins que le taux de pauvreté dans les années 2000.

L’augmentation des personnes âgées en France, ainsi que l’augmentation de l’espérance de vie sont autant de facteurs qui témoignent de cette hausse. Le taux de précarité augmente donc considérablement passant à 8% pour les seniors âgés entre soixante et soixante-neuf ans et a 7% pour les seniors âgés entre soixante-dix et soixante-dix-neuf ans.

Parmi les seniors, le genre féminin est encore plus touché par cette précarité. Des statistiques révèlent que parmi les femmes âgées de plus de 75 ans, 1/10 vit cette situation de pauvreté, tandis que 7.6% des hommes ayant le même âge, vivent en dessous du seuil de pauvreté. Cet état de choses est surtout dû au fait que les femmes seniors vivent seules et isolées surement en raison de la mort de leur conjoint, ou de celle d’un proche.

Leurs pensions de retraite sont très souvent minables et équivalent à 800 euros environ mensuellement seulement lorsqu’elles ont eu à travailler au cours de leur vie. Il y a de plus en plus de femmes ménagères qui ont eu à abandonner leur parcours professionnel en raison de circonstances pour le moins inattendues comme des grossesses par exemple. On remarque que ces interruptions ne sont souvent pas comptabilisées dans leur parcours.

Ce genre de situation est la preuve que les personne âgées, les femmes seniors surtout, devront toujours recourir à l’aide du gouvernement français et des associations pour s’en sortir quotidiennement. La possibilité de trouver des seniors salariés n’est pas exclue, ceux-ci travaillent en intérim, mais parmi eux, environ 7% finissent par connaitre des ruptures de contrat, ce qui réduit par la suite leurs chances de trouver un nouvel emploi avant de se retrouver à la retraite.

Il devient très ardu d’augmenter la pension de retraite puisque suite au manque de revenus, il aura de plus en plus de mal à faire les cotisations sociales. Ces faits témoignent des situations sans pareil dans lesquelles se trouvent tous les français, mais encore plus les seniors. On trouve 11% de français qui ont du mal à faire des économies tous les mois et plus d’un français sur cinq qui vit avec un découvert bancaire.

84% des français craignent que leurs enfants ne vivent une situation encore pire que la leur. Ce même nombre de français vit également dans l’appréhension des situations à venir. De nombreux français risquent a l’avenir de se retrouver à la rue, à moins que le fort taux de chômage et de précarité ne cesse d’augmenter sans arrêt. C’est pour éviter ces situation que des mesures doivent être prises et appliquées effectivement afin que tous les français, les seniors en particulier, puissent vivre sans inquiétude.

Les solutions pour éradiquer la précarité

De nombreux habitants en France ont été plongés dans la ruine notamment avec un découvert bancaire, suite à la précarité sans cesse grandissante dans le pays. En vue d’éliminer complètement cette situation, de nombreuses solutions ont été  mises au point, avec pour seul objectif d’offrir aux personnes dans une situation de précarité, des avantages non négligeables pour apaiser leurs charges.

Des minima sociaux

Déjà en 2009, on dénombre près de 3 millions de personnes, en allocations de minima sociaux et près de 6 millions de personnes qui y vivent. C’est ici un moyen qui autorise de nombreuses personnes qui ne sont pas en mesure de se satisfaire grâce à leur activité présente ou déjà passée, de jouir d’un minimum de revenus sous forme d’allocations. Ce sont des prestations sociales non contributives, versées aux individus qui en ont besoin, sans contrepartie aucune. Seuls ceux en précarité et ceux dans une situation de pauvreté extrême en sont concernés. Le rôle majeur des minima sociaux, est de fournir une certaine complémentarité au système de protection sociale, qui peine à lutter totalement contre le taux de pauvreté sans cesse grandissant. Seuls certains facteurs spécifiques tels que la composition de votre famille ainsi que les revenus qu’elle perçoit, sont en mesure de vous faire bénéficier des minima sociaux parmi lesquels on retrouve :

  • L’ASS (allocation de solidarité spécifique) qui va à l’ endroit de ceux qui n’ont pas d’emploi et qui ont déjà usé de leur droit à l’assurance chômage.
  • L’AER (allocation équivalente retraite) qui est un revenu complémentaire pour ceux en quête d’emploi
  • L’AL (l’allocation d’insertion) dédiée uniquement à ceux qui ont recouru à la France comme endroit d’asile
  • L’AAH (l’allocation aux adultes handicapés) à l’endroit des personnes frappées par un handicap
  • L’ASI (l’allocation supplémentaire d’invalidité) pour les personnes qui possèdent une pension d’invalidité
  • L’allocation veuvage pour les partenaires de personnes socialement assurées mais décédées
  • L’ASV (l’allocation du minimum de vieillesse) à l’endroit des vieilles personnes de plus de 65 ans
  • Le RSO (revenu de solidarité) à l’endroit des personnes de plus de 50 ans qui jouissent d’un revenu minimum d’insertion depuis près de 2 ans.

L’aide médicale d’état et la couverture maladie universelle

L’aide médicale cible plus précisément les étrangers résidant en France de manière irrégulière depuis plus de trois mois. Ils ont dès lors une certaines facilité à accéder aux soins malgré le fait qu’ils ne bénéficient d’aucun régime de sécurité sociale. Cette aide prend en charge presque tous les soins et ceux qui en bénéficient n’ont nullement besoin de faire une avance sur les frais de soins. Les informations suivantes sont nécessaires pour déterminer si un individu est dans une situation qui requiert une aide médicale : une preuve d’identité, la preuve de domicile et des informations sur les ressources.

La couverture maladie universelle quant a elle, a pour but principal, de permettre aux individus disposant d’un faible revenu et dépourvus d’assurance maladie, de jouir des soins médicaux. On distingue deux types de couverture maladie universelle, que sont la CMU de base et celle complémentaire. Elles dépendent toutes deux de la sécurité sociale et du régime général d’assurance.

La CMU de base

Elle est obligatoire pour tous ceux qui résident en France et qui ne jouissent d’aucune protection maladie. C’est une assurance maladie qui offre une facilité d’accès aux soins médicaux, mais également un remboursement sur tous types de soins, de médicaments, ou de prestations médicales. Ce type de couverture, s’adresse aussi bien aux personnes sans revenus ou avec de faibles revenus, qu’aux personnes avec d’énormes revenus. Une cotisation pourrait être requise au cas où les cotisations viennent à excéder le plafond. Pour jouir de celle-ci, il faut être résident en France depuis trois mois ou plus, et être dépourvu de régime ou de couverture maladie.

La CMU complémentaire

Pour en bénéficier, il est primordial de posséder des revenus, même si ils sont insuffisants et résider en France depuis trois mois ou plus. A l’instar de la CMU de base, elle permet d’accéder facilement aux soins médicaux et ceux-ci sont notamment entièrement pris en charge. Viennent ensuite les nombreuses difficultés qui s’opposent à la CMU complémentaire. Des professionnels de la médecine refusent parfois l’accès à leur cabinet à cause du grand nombre de bénéficiaires que compte la CMU complémentaire.

Le cadre règlementaire

C’est également une solution  contre la précarité et qui a essentiellement trois applications : permettre l’accès aux droits fondamentaux, lutter contre toutes sortes de brimades ou d’exclusions, agir collectivement contre les exclusions. De nombreux objectifs se retrouvent englobés dans ces trois applications :

Le droit au travail

Dans le but de permettre à tous les citoyens quels qu’ils soient d’avoir les mêmes chances, de trouver du travail et de pallier en même temps à cette situation de précarité, ce droit fut mis en place par l’Etat.

Le droit à la santé

C’est pour cette raison que les couvertures médicales universelles et l’aide médicale d’Etat ont été mises en place.

Le droit au logement

Des logements vacants sont mis à disposition de tous les habitants français, les seniors en particulier. Cette mesure est encouragée par la loi et leur attribution se fait en toute transparence.

Le droit à la citoyenneté

Le droit à la citoyenneté a été établi pour permettre aux citoyens français de participer activement à la démocratie du pays. C’est aussi un moyen pour faire respecter les droits des citoyens français.

Pour finir

Les seniors qui vivent dans une situation de précarité en France, ça n’a rien de nouveau. Depuis des années cette situation se fait sentir, mais fort heureusement, des dispositifs ont été établis pour contrer cette situation qui ne cesse de prendre de l’ampleur.


Cet article vous a aidé ? Oui Non

Pin It on Pinterest